-A +A
2
ATP

Charlotte Ezdra - Publié le 22/03/2013

Hécatombe chez les bleus à Miami

Chapô: 

Très mauvais vendredi à Miami chez les Français où Jérémy Chardy, Michael Llodra, Julien Benneteau et ERV se sont tous les quatre inclinés respectivement face à Malisse (3/6 2/6), Fognini (4/6 1/6), Blake (2/6 3/6) et Devvarman (6/4 4/6 5/7). Heureusement Gilles Simon a sauvé l'honneur face à Hewitt (6/3 6/3)

Jérémy Chardy s'incline une fois encore dès son entrée en lice. Cette fois-ci, face à Malisse à Miami - © DR
Jérémy Chardy s'incline une fois encore dès son entrée en lice. Cette fois-ci, face à Malisse à Miami - © DR

C’est une période difficile que traverse actuellement Jérémy Chardy. Pourtant, son parcours à l’Open d’Australie en début de saison laissait présager une belle année, même si nous n'en sommes qu'au premier quart. 1/4 de finaliste à Melbourne, le Français s’était même offert la tête de série n°6 de la compétition, Juan Martin del Potro. Mais depuis ce tournoi, rien ne va plus pour la tête de série n°22. Hormis sa demi-finale à Viña del Mar (perdue face à Rafael Nadal), Jérémy Chardy n’a pas remporté un seul match. Et une nouvelle défaite dès son premier match est venue s’ajouter aux quatre autres aujourd'hui. Opposé ce vendredi au Masters 1000 de Miami à Xavier Malisse, le Français s’est incliné lourdement en deux sets (3/6 2/6). Le Palois a commis notamment cinq doubles fautes. De son côté, le Belge a su aller chercher les points les plus importants de la rencontre pour prendre le dessus et s’imposer en une heure et 13 minutes de jeu.

Llodra, Benneteau, ERV stoppés également

Après sa rencontre quelque peu tendue face à Benoit Paire au tour précédent, Michael Llodra n'a pas eu le temps de voir passer son match qui l'opposait ce vendredi à Fabio Fognini. Tête de série n°32 de la compétition, l'Italien s'est imposé en deux sets (6/4 6/1) et 47 minutes de jeu. Avec 85% des points remportés sur ses premiers services, Fabio Fognini n'a été inquiété qu'une seule fois sur sa mise en jeu avant de reprendre le contrôle de la partie afin de décrocher son ticket pour le 3ème tour où il retrouvera David Ferrer. De son côté, Julien Benneteau s'est lui aussi incliné dès son entrée en lice à Miami. Confronté à James Blake, 33 ans et 95ème mondial, le Bressan a subit une grosse contre-performance. Benneteau a offert pas moins de 10 opportunités de break à son adversaire qui est parvenu à concrétiser cinq de ces occasions. En une heure de jeu, la tête de série n°24 a finalement lâché prise pour s'incliner en deux manches (2/6 3/6). L'Américain, invité par les organisateurs, va affronter au prochain tour Albert Ramos, vainqueur de Juan Monaco (6/2 4/6 6/3). Lucky loser de dernière minute suite au forfait de Feliciano Lopez, Edouard Roger-Vasselin a eu une deuxième chance au Masters 1000 de Miami mais hélas il n'a pu la saisir. Probablement fatigué par les qualifications, le Français a manqué de jus dans les derniers jeux du dernier set face à Somdev Devvarman et s'est finalement incliné 6/4 4/6 5/7. 

Simon solide

En délicatesse ces derniers temps sur le plan physique et frustré durant ces matchs, Gilles Simon, à l'inverse des trois autres Français engagés hier, ne s'est psa laissé surprendre. Il a réalisé un match tout en maitrise en 1/32ème de finale à Miami, qui permet de sauver l'honneur du camp tricolore. Le Niçois a en effet battu l'Australien, et ancien N°1 mondial, Lleyton Hewitt en deux sets (6/3 6/3), grâce à une excellente régularité. Au prochain tour, Simon sera opposé au Slovène Grega Zemlja.

Tous les Scores en Direct sur Tennisleader.fr

Vos commentaires

Si Fognini devient régulier, c'est tant mieux pour ce joueur talentueux ! (au passage, pourquoi ne pas donner aussi le % de premiers services, à savoir 63% pour Fognini contre 56% pour Llodra) La nette victoire de Blake sur Benneteau est en revanche surprenante... quant à Chardy, qu'il perde face à un joueur qui vaut top 25 quand il joue bien ne serait pas infâmant, mais c'est le score qui pose question !
Pour Chardy, on sait la raison a priori : son genou mal remis. Pour Llodra, à sa décharge il y a la surface relativement lente avec un rebond haut, qui favorise logiquement un joueur aimant la terre battue comme Fognini.