-A +A
2
ATP

Charlotte Ezdra - Publié le 23/04/2013

Nadal, le temps des questions

Chapô: 

Après avoir vécu une année 2012 difficile suite à une blessure au genou, Rafael Nadal a effectué un incroyable retour sur le circuit. Mais après sa défaite en finale de Monte-Carlo, le doute s'est installé dans l'esprit du Majorquin qui n'est plus aussi dominateur que les années précédentes. Notamment sur terre battue, sa surface fétiche.

Après sa défaite en finale de Monte-Carlo, le doute plane sur Rafa Nadal - © Icon sports
Après sa défaite en finale de Monte-Carlo, le doute plane sur Rafa Nadal - © Icon sports

Il y a quatre mois, Rafael Nadal n’aurait jamais pensé se trouver là où il est en ce moment. Blessé pendant plus de sept mois, l’Espagnol a effectué un retour époustouflant sur le circuit en décrochant trois tournois (Sao Paulo, Acapulco et Indian Wells) en cinq finales jouées (Vina et Monte Carlo ont été perdues). Un bilan extrêmement positif pour le Majorquin qui s’est d’ailleurs montré satisfait de ce bilan à son arrivée à Barcelone, l'ATP 500 qu'il dispute cete semaine . «Si on m’avait dit il y a quatre mois qu’en revenant d’une telle blessure, j’aurais joué cinq finales consécutives, j’aurais pleuré de joie». Malgré cet éternel optimisme de l’ancien n°1 mondial, la finale perdue dimanche sur la terre battue monégasque vient soulever quelques questions et a probablement fissuré son énorme capital confiance sur terre battue. Si son retour est effectivement plutôt rassurant, à la fois pour le circuit et pour lui, et après avoir vécu un grand moment de doute, il est évident que le Rafael Nadal des années précédentes n’est toujours pas revenu à cent pour cent. Le reviendra t-il. Rien n'est moins sûr. Surtout s'il a en face de lui, Novak Djokovic, sa bête noire depuis 2011.


Des interrogations pour la suite

Pour preuve son parcours en principauté qui était jusque là sa chasse gardée depuis 8 ans. Vainqueur à huit reprises consécutivement du tournoi de Monte-Carlo, l’Espagnol a bien eu du mal à s’affirmer cette année à Monaco. Les premiers signes de faiblesse sont arrivés dès les quarts de finale où Grigor Dimitrov a bien failli faire chuter le Roi de la terre battue avant de craquer physiquement et mentalement. Le Majorquin a ensuite connu un nouveau coup de "moins bien" face à Jo-Wilfried Tsonga avant de se ressaisir de justesse. Mais en finale, face à un Novak Djokovic bien déterminé à décrocher son tout premier Masters 1000 chez lui à Monaco, «Rafa» n’a rien pu faire et a du s'avouer vaincu. Moins puissant en revers, avec des balles bien trop courtes pour mettre en difficulté son adversaire et auteur de fautes directes inhabituelles, l’ancien n°1 mondial a peiné à dicter sa loi, la faute, peut-être, à un manque de préparation selon l’intéressé. «Je dois avouer que je n’ai pas eu autant de temps que d’habitude pour m’entrainer», déclarait-il à son arrivée à Barcelone. Officiellement Nadal ne s’inquiète pas et confie «être sur la bonne voie». Mais le temps presse pour le champion espagnol qui n’a presque plus qu’un mois pour retrouver son véritable niveau pour Roland Garros. Un tounoi où il pourrait une fois encore se retrouver rapidement en difficulté. A moins que les organisateurs ne décident de revoir la redistribution des têtes de série lors de la prochaine édition, ce qui le favoriserait. Mais redistribution ou pas, le Majorquin n'est désormais plus seul sur la terre ôcre.

Vos commentaires

Il serait très étonnant que Nadal retrouve la suprématie comme cela a pu être le cas dans le passé... tant ses périodes de domination (2008, 2010 voire printemps 2012) ont été suivies de périodes d'arrêt de plus en plus longues, et pour cause. Et il a bientôt 27 ans... D'ailleurs son oncle dit qu'il doit raccourcir les points s'il veut gagner désormais - discours qui ne colle pas vraiment avec celui du neveu, au passage - ; ne pas oublier non plus qu'avec Djokovic, il a un adversaire de taille... et que le tennis étant souvent affaire de vases communicants, si Djoko est à son meilleur, Nadal lui est actuellement clairement inférieur, donc paraît ne pas être à son maximum, alors qu'il l'est... PS : si Dimitrov a bien lâché physiquement face à Nadal en fin de match, je n'ai pas vu qu'il ait craqué mentalement, personnellement - signe au passage que Nadal n'est pas si loin que cela de son maximum physique.
Si vous laissiez enfin un peu de paix à ce garçon, avec ses "doutes" et "interrogations" que vous vous empressez d'imaginer pour lui lorsqu'il perd un match, avec ses "100 ans", "ses vieux genoux usés"," son vieux corps"qui ne lui permet plus de jouer au tennis, et que sais-je encore. Je ne m'étonne pas de ne pas entendre parler de dopage,ce qui aurait forcément encore été le cas s'il avait gagné à Monte-Carlo. Je tiens juste à rappeler que Nadal n'a que 27ans et que Djokovic en a 26, que le serbe se dépense au moins autant que lui sur les cours pour gagner des matches sans que cela ne suscite quoi que ce soit envers Djokovic. Sachez enfin que le dopé n'est peut etre pas celui que l'on croit;l'avenir nous en dira plus.