-A +A
0
Challengers

Richard Alvear - Publié le 17/02/2013

Gicquel s'incline en finale

Chapô: 

Marc Gicquel auteur d'un bon parcours au Challenger de Quimper s'est incliné en finale face au surprenant Roumain Marius Copil (6/7(9) 4/6). Mais à bientôt 36 ans, le Français actuellement 138ème mondial, réalise un excellent début de saison.

L'âge n'a pas de prise sur Marc Gicquel. A bientôt 36 ans, il a atteint la finale du Challenger de Quimper - © DR
L'âge n'a pas de prise sur Marc Gicquel. A bientôt 36 ans, il a atteint la finale du Challenger de Quimper - © DR

C'est une figure incontournable du circuit et visiblement pour lui l'heure de la retraite n'a pas encore sonné. Et c'est tant mieux. A bientôt 36 ans, Marc Gicquel a en effet de nouveau donné une lecon de pugnacité et de combatitvité tout au long de cette semaine pour se hisser en finale du Challenger de Quimper. Le Français s'est notamment imposé samedi face au Belge Steve Darcis en trois sets très serrés (6/7(8) 6/3 7/5), après avoir sauvé une balle de match à 2/5 dans le 3ème set. Il a su retourner la situation, au mental comme souvent, pour finalement écoeuré son adversaire et l'emporter 7/5 face à Steve Darcis à qui décidément les Français ne réussissent pas ces derniers temps (ndlr : déjà battu par Paire à l'Open Sud en yant bénéficié d'une balle de match).

Gicquel manque d'essence en finale

Déjà vainqueur du double à l'Open Sud de Montpellier le week-end dernier en compagnie de Michael Llodra, Marc Gicquel continue donc sur sa lancée. Cette semaine en Bretagne il a en effet battu le 62ème mondial Bautista- Agut en 1/4 pour enchaîner face à Darcis en demie. Mais en finale ce dimanche il a du se résoudre à la défaite face au surprenant jeune Roumain (23 ans) Marius Copil, 173ème ATP, qui lui aussi a réalisé un excellent parcours à Quimper. Le Roumain s'est en effet imposé en deux sets très serrés (7/6(9) 6/4) au terme d'un match extrêmement disputé. Une nouvelle fois Gicquel a tout donné mais, probablement fatigué physiquement et mentalement de ses matchs éprouvants en quarts et en demie, rajouter à cela l'excellente dynamique de Copil, il a du abandonner le trophée au talentueux joueur de l'Est.