-A +A
2
Coupe Davis

Charlotte Ezdra - Publié le 16/11/2012

Berdych 1 - Ferrer 1, balle au centre

Chapô: 

La République Tchèque et l'Espagne termine cette première journée de finale de Coupe Davis à égalité après les victoires respectives de Ferrer sur Stepanek (6/3 6/4 6/4) et de Berdych sur Almagro (6/4 3/6 6/3 6/7(5) 6/3). Tout reste à faire. Samedi, le double va peser très lourd dans le décompte final.

Ferrer a gagné le 1er point pour l'Espagne mais Berdych a égalisé dans la foulée  - © Icon Sport
Ferrer a gagné le 1er point pour l'Espagne mais Berdych a égalisé dans la foulée - © Icon Sport

Déjà opposés l’un à l’autre en finale de Coupe Davis il y a trois ans à Barcelone, Radek Stepanek et David Ferrer s’attendaient à un match long et difficile. Et pour cause, les deux hommes ne se sont pas fait de cadeaux avant de voir finalement David Ferrer, bien supérieur, s’imposer en 3 sets secs (6/3 6/4 6/4) et ainsi apporter le premier point de cette centième finale de Coupe Davis à l'Espagne. Au coude à coude pendant les cinq premiers jeux, Radek Stepanek ne tient pas la cadence et commence à montrer quelques signes de fatigue sur sa mise en jeu. Le Tchèque (34 ans), qui semble avoir du mal à suivre le rythme de David Ferrer, parvient finalement à se sortir d’un jeu compliqué, notamment grâce à de bonnes premières, après avoir sauvé pas moins de sept balles de break (3/3). Et si l’Espagnol maintient sans forcer son jeu de service, tout se complique pour son adversaire lors du huitième jeu. Déjà en difficultés sur sa mise en jeu précédente, le 37ème mondial finit par craquer avec une double faute sur la neuvième balle de break en faveur d’un Ferrer en pleine confiance (3/6).

Ferrer au forceps

Dès l’entame du second set, David Ferrer enfonce le clou en réalisant le break d’entrée. Mais soutenu par un public en pleine effervescence, Radek Stepanek retrouve un second souffle. Plus détendu, le Tchèque monte au filet et joue de manière de plus en plus offensive pour faire reculer son adversaire et pour conclure rapidement les points. Une tactique qui fonctionne et qui lui permet de revenir au score (3/3) avant de passer devant (4/3) pour la première fois depuis le début de la rencontre. De son côté, l’Espagnol semble être plus nerveux. Mais fort d’une fin de saison impressionnante, le 5ème mondial, comme à son habitude, s’accroche et renverse, encore une fois, la tendance. Présent sur toutes les balles, et soutenu par une équipe soudée, David Ferrer égalise avant de réaliser un nouveau break pour finalement servir pour le second set qu’il va chercher au filet (4/6). Dans la troisième manche, le Valencian mène rapidement 5/2 et s’offre le luxe de servir pour le match. Mais sous tension, le n°1 de l’équipe espagnole tremble un peu et offre sa mise en jeu sur une double faute (3/5). David Ferrer ne passe cependant pas à côté de sa seconde opportunité et place son pays sur orbite en décrochant finalement le premier point (6/4) après 2h58 de jeu. Place désormais à Tomas Berdych et Nicolas Almagro.


Berdych relance la République Tchèque

Tomas Berdych, qui avait déclaré en conférence de presse que Nicolas Almagro était le maillon faible de l’équipe espagnole, a tout de même dû batailler pour décrocher la victoire en cinq manches (6/4 3/6 6/3 6/7(5) 6/3) et revenir ainsi à un point partout pour conclure la première journée de cette finale de Coupe Davis.Pourtant, tout a bien commencé pour Tomas Berdych qui, sans jouer son meilleur tennis, s’octroie le premier set (6/4). Mais les choses se compliquent quelque peu pour le Tchèque. Une fois de plus au coude à coude pendant plusieurs jeux, Nicolas Almagro prend à son tour l’échange à son compte et revient à une manche partout (6/3). Le match est relancé.

Jusqu’au bout du suspense

À peine le troisième set débuté, qu’une erreur d’arbitrage vient perturber la rencontre. Le public tchèque, surchauffé, pousse son joueur qui s’envole dans cette manche (3/0). Malgré une résistance de la part de l’Espagnol, son adversaire ne lâche pas et décroche le set (6/3). Dos au mur, et bien mal embarqué dans cette quatrième manche (3/1) face à un Tomas Berdych intouchable, Nicolas Almagro se détend et retrouve petit à petit son véritable tennis. Son revers à une main cloue sur place son adversaire qui commet à son tour de plus en plus de fautes. Le Murcien, intraitable, conclut le set au jeu décisif (7 points à 5). L’arbitre a du mal à maîtriser le public qui n’hésite pas à crier sur les services de l’Espagnol qui finit par lâcher prise. Breaké lors du sixième jeu, le 11 ème mondial ne parviendra pas à refaire son retard. Il s’incline après plus de quatre heures de jeu en cinq sets (4/6 6/3 3/6 7/6(5) 3/6) et laisse la République Tchèque revenir à égalité en cette fin de première journée. Le suspense reste entier.

Un double très attendu

À égalité à l’issue de la première journée, la République Tchèque et l’Espagne comptent sur le double pour prendre un sérieux avantage dans cette finale de Coupe Davis. Du côté Tchèque, Ivo Minar et Lukas Rosol ont été annoncés mais il ne serait pas surprenant, bien loin de là, de voir Radek Stepanek et Tomas Berdych entrer sur le court. Habitués à jouer ensemble ces rencontres de Coupe Davis au cours desquelles ils excellent (11 victoires pour une défaite), les deux Tchèques devront livrer leur meilleur tennis pour venir à bout de cette incroyable équipe espagnole formée par Marc Lopez et Marcel Granollers, vainqueurs de trois tournois cette saison, dont le fameux Masters de Londres.

Vos commentaires

Victoires logiques des 2 leaders, mais Berdych n'a pas intérêt, après un tel match et avant de rencontrer Ferrer, à jouer le double... et sans lui, Stepanek et Rosol (?) parviendront-ils à battre la paire espagnole, si forte en cette fin d'année ? Rien n'est moins sûr... La balance penche en faveur de l'Espagne désormais, car Almagro doit battre Stepanek, et rien ne dit que Berdych battra Ferrer...
C'est vrai qu'après le match réalisé par Nicolas Almagro face à Berdych, on le voit mal perdre contre Stepanek. Le double penche également en faveur des Espagnols (du moins si les Tchèques n'alignent pas Berdych/Stepanek, et encore). Quant à Berdych et Ferrer, c'est pour moi le match le plus indécis de cette finale...