-A +A
0
Français

Quentin Darrieu - Publié le 13/10/2018

Plus aucun Français dans le Top 20 mondial !

Chapô: 

C'est officiel : il n'y a plus aucun joueur français dans le top 20 mondial depuis ce lundi pour ce qui est une première depuis 2006. Cette situation, loin d'être anodine, démontre si c'était encore nécessaire que le tennis français masculin vit des temps sombres. Est-ce une surprise ? Pas vraiment si l'on regarde la situation de plus près. 

A l'image de Lucas Pouille, le tennis masculin français a souffert cette saison et ne comporte plus de joueurs dans le top 20 mondial. - © DR
A l'image de Lucas Pouille, le tennis masculin français a souffert cette saison et ne comporte plus de joueurs dans le top 20 mondial. - © DR

Lundi 15 octobre 2018 : une date à marquer d'une pierre noire pour le tennis masculin français. En effet, il aura donc fallu "attendre" 12 ans pour ne plus avoir, à nouveau, un seul français parmi le top 20 mondial. Une hérésie pour la 5ème nation mondiale sur le plan économique et soit disant l'une des meilleures en terme de formation au niveau du tennis. En ce jour bien terne, la seule éclaircie, aussi timide soit-elle, résulte de la présence de ces mêmes joueurs français...en finale d'une Coupe Davis désertée par les meilleurs joueurs. Ce maigre lot de consolation ne peut combler la très mauvaise saison 2018 des Bleus due, entre autres raisons, aux absences à répétition, aux mauvais résultats récurrents et au manque de dépassement de soi en général. Enfin, la relève semble encore bien loin de reprendre le flambeau. Revue de détail.

Des joueurs absents pour blessures

Jo-Wilfried Tsonga a traversé la saison 2018 comme un fantôme. Miné par une fissure du ménisque, le Manceau, ancien finaliste de l'Open d'Australie en 2008, est passé du 17ème rang mondial (ndlr, au 16 octobre 2017) au 75ème rang ATP (ndlr, au 15 octobre 2018) et n'a disputé que 3 tournois cette année. Agé de 33 ans, celui qui a été longtemps le boss du tennis français, est revenu au Moselle Open...avant de se blesser à nouveau.

Gaël Monfils où le showman capable de briller autant qu'il peut frustrer. Le Guadeloupéen avait bien démarré l'année avec une finale à Doha avant d'accumuler, comme trop souvent, les pépins physiques. Problème de dos à indian Wells et à Chengdu, blessure au poignet à l'US Open ou encore un manque de fraicheur physique : le 38ème mondial n'a pas été en mesure d'espérer de meilleurs résultats. Alors qu'il disposait d'un potentiel extraordinaire, à 32 ans il est probable que Monfils ne se fasse plus remarquer que par quelques coups spectaculaires et quelques coups d'éclat.


Des joueurs qui déçoivent

Lucas Pouille, auteur d'une saison 2017 remarquable (ndlr, finale à Marseille, demie à Monte-Carlo), n'a pas réussi à confirmer en 2018. Notamment en Grand Chelem. Le natif de Grande-Synthe, âgé de 24 ans, représentant de la relève française ne s'est en effet pas hissé une seule fois en 2ème semaine d'un tournoi du Grand Chelem (ndlr, il avait atteint les 1/4 de l'US Open en 2016) et a remporté 1 seul titre (ATP 250 de Montpellier). Le Français vient de quitter ce lundi le top 20 mondial et stagne au classement (ndlr, il était 25ème mi-octobre 2017 et est désormais 22ème). Tout comme dans sa carrière. Sans coups forts dans son jeu, Pouille va devoir faire valoir d'autres atouts (le mental, par ex.) pour intégrer le top 10.

Richard Gasquet, récent demi-finaliste à Tokyo, a prouvé qu'il était encore capable de battre les meilleurs (ndlr, victoire contre Kevin Anderson) parfois (ndlr, à l'exception du big four) mais dans l'ensemble sa saison 2018 reste bien trop pauvre eu égard à son potentiel avec 1 seul titre à Hertogenbosch. Actuellement 28ème joueur mondial, son classement est identique à celui de la saison dernière à la même période. Lui aussi est représentatif de cette génération qui va quitter le circuit d'ici quelques années : beaucoup de potentiel, du talent mais un manque de mental et de dépassement de soi chroniques.

Adrian Mannarino était classé 29ème joueur mondial en octobre 2017. Depuis, le tricolore a perdu 20 places (49ème ATP) et peut nourrir des regrets. Sur sa lancée de fin 2017, le Francilien avait éffectué une 1ère partie de saison intéressante avec une 1/2 finale au tournoi de New-York, un 1/4 au Queen's, une finale à Antalya puis un 1/8èmes à Wimbledon mais après quasiment plus rien.... 

Gilles Simon et Benoît Paire sont également auteurs d'une saison morose, même si le Niçois a réussi à sortir la tête de l'eau alors qu'il était 89ème mondial en début de saison et qu'il est désormais 31ème. Mais rappelons qu'il fut 6ème mondial. Quant à l'Avignonnais, il pointe à une peu glorieuse 57ème place mondiale ce lundi. Comme beaucoup de joueurs français, il concentre les maux du tennis français : du potentiel et du talent mais complètement gachés par un manque flagrant de constance dans l'effort et la performance. Et probablement un manque de travail. 

Une relève qui peine à prendre le relais

Si Ugo Humbert, 20 ans, vient de faire son entrée dans le top 100 mondial (99ème ATP), la relève française est pour le moment bien loin des leaders de la NextGen que sont Alexander Zverev (21 ans/ 5ème ATP) ou Borna Coric (21 ans/ 13ème mondial). Côté bleus, outre le 99ème joueur mondial, les espoirs reposent sur les épaules de Corentin Moutet (19 ans/ 118ème ATP) et de Quentin Halys (21 ans/153ème ATP). Des épaules qui sont encore bien fragiles, à l'image d'un Halys. 153ème ATP début janvier 2017, presque 2 ans après (ndlr, au 15/10/2018), son classement est strictement le même ! Il est donc plus que grand temps, à tous les étages du tennis hexagonal (dirigeants, joueurs, coachs, formateurs...) qu'une prise de conscience et une mobilisation générale s'effectuent et que l'entre-soi, la suffisance et les excuses réitérées cessent.