-A +A
0
ITF Femmes

Septime Meunier - Publié le 30/04/2012

Oudin refait surface

Chapô: 

L'ancien grand espoir du tennis féminin américain Melanie Oudin a remporté dimanche le tournoi ITF de Charlottesville alors qu'elle bénéficiait d'une invitation des organisateurs.

Melanie Oudin à l'entrainement à Hong-Kong en 2011 - Icon
Melanie Oudin à l'entrainement à Hong-Kong en 2011 - Icon

Melanie Oudin semblait s'être perdu en route depuis son parcours remarquable et remarqué à l'US Open 2009. A 17 ans, elle y avait battu successivement quatre Russes (Pavlyuchenkova, Dementieva, Sharapova et Petrova) et avait atteint les quarts de finale, faisant naitre de grands rêves de renouveau pour un tennis féminin américain si dépendant de sœurs Williams sur courant alternatif depuis de longues années. Deux mois avant ses exploits à Flushing Meadows, l'adolescente américaine s'était qualifiée pour les huitièmes à Wimbledon après avoir notamment éliminée Jankovic. Mais la suite pour celle qu'on présenta un peu hâtivement comme la nouvelle Andrea Jaeger fut moins rose. Après une demi-finale à l'Open GDF-Suez en 2010 et une place de 31ème mondiale, elle a enchaina les désillusions. Elle n'a ainsi gagné que deux matches en Grand Chelem en huit participations depuis lors.

Paralysée par l'enjeu

"Je devenais tellement nerveuse que je ne pouvais pas lever ma raquette", explique-t-elle aujourd'hui au sujet du blocage psychologique qui a entrainé sa chute rapide au classement. "J'étais blessée pendant un moment mais c'est surtout la pression qu'il y avait sur moi qui était le problème. J'ai décidé de revenir aux bases, de jouer de la façon que je connais le mieux et de ne plus me soucier de ce que tout le monde raconte sur moi". Durant près de deux ans et demi, Oudin a toujours lutté pour venir à bout de joueuses classées au-delà du Top 100. Elle a entamé 2012 avec cinq revers en cinq matches. Le déclic s'est produit à Charleston avec deux victoires en qualifications, et une belle performance au premier tour malgré la défaite (6/4 4/6 6/0) contre l'Espagnole Anabel Medina Garrigues. "Ça m'a rassuré de voir que j'étais compétitive contre une fille classée dans les trente premières, le niveau où je souhaite revenir. Lui prendre un set sur terre battue m'a fait beaucoup de bien au moral. J'ai besoin de jouer et de passer plus de temps sur le court, c'est très simple", a confié Oudin, qui a changé radicalement son environnement de travail.

Nouveaux coachs, nouvelle ville

En octobre dernier, elle a pris la décision de quitter son entraineur de toujours Brian de Villiers qui s'occupait d'elle depuis plus de dix ans. Son influence n'avait pas toujours été positive, tant s'en faut, car il avait eu une aventure avec la mère de Oudin il y a trois ans qui avait précipité le divorce de ses parents.
Ayant délaissé Boca Raton en Floride, la jeune femme s'entraine désormais aux côté de Christina McHale et Gail Brodsky à Flushing Meadows sur les installations de l'U.S.T.A. sous la direction de Jay Gooding et Jorge Todero. « Je ne pensais pas que j'atterrirais ici un jour mais la préparation m'a vraiment fait beaucoup de bien et je me sens à nouveau rapide et plus forte ». S'entrainant à proximité immédiate du Arthur Ashe Stadium, elle espère éprouver moins de nervosité cette année lors du prochain US Open, lieu de ses premiers exploits. « L'objectif cette saison c'est me concentrer sur mon jeu, d'essayer de revenir au plus haut niveau. Je ne fais pas attention au nombre de victoires et de défaites, mais juste à m'améliorer. Et ensuite, si tout va bien, le succès devrait arriver », résume-t-elle.

Premier titre en trois ans

Preuve de son regain de forme, elle a battu le même jour en quarts de finale à Charlottesville la Sud-Africaine Chanel Simmonds (2/6 6/3 6/3) après avoir dominé le matin même l'Italienne Camila Giorgi (6/4 6/4). Et en finale, elle a fait montre de sa force de caractère retrouvée. Menée 5-3 dans le premier set par sa compatriote Irina Falconi, elle est parvenue à accrocher le jeu décisif, qu'elle a remportée sans concéder un point. Après avoir perdu la seconde manche, Oudin a finalement imposé sa volonté dans la troisième pour une victoire finale (7/6(0) 3/6 6/1) qui lui offre son premier titre en trois ans sur le circuit ITF. "C'est sans conteste une semaine incroyable pour moi du début à la fin. J'ai maintenu un bon niveau de jeu tout du long. C'était très dur de battre Irina, elle ne lâche jamais rien. Je suis très fière de la façon dont j'ai joué", a-t-elle souligné.

Un bond de 92 places

Oudin peut remercier les organisateurs du tournoi virginien. En dépit de son statut de 384ème mondiale et de son échec à sortir des qualifications à l'Open d'Australie en janvier, ceux-ci lui ont néanmoins attribué une wild-card. La joueuse de 20 ans a parfaitement exploité ce coup de pouce. Sa récompense consiste en un bond spectaculaire au classement avec un gain de 92 places. Désormais classée au 292ème rang, elle peut envisager l'avenir immédiat de sa carrière avec un peu plus de confiance. "J'espère sincèrement qu'en continuant dans cette voie tout va se mettre à nouveau en place", a-t-elle indiquée. "Je pourrais alors participer à de plus gros tournois, avant d'espérer briller à nouveau en Grand Chelem et revenir parmi les meilleures. Mais c'est déjà un bon début".