-A +A
0
Masters WTA

Richard Alvear et Estelle Massamba - Publié le 22/10/2018

Débuts réussis pour Stephens et Bertens

Chapô: 

Pour ses débuts, Sloane Stephens (6ème WTA) a obtenu une première victoire ce lundi après-midi au Masters WTA à Singapour. L'Américaine s'est imposée difficilement face à la Japonaise Naomi Osaka (4ème WTA), trop fébrile, en trois sets (7/5 4/6 6/1). Idem pour Kiki Bertens, vainqueure de Angélique Kerber.

Sans briller, Sloane stephens a réussi ses débuts au Masters WTA de Singapour  - © DR
Sans briller, Sloane stephens a réussi ses débuts au Masters WTA de Singapour - © DR

Sloane Stephens (6ème WTA) et Naomi Osaka  (4ème WTA) débutaient toutes les deux ce lundi après-midi pour le premier match comptant pour la poule rouge du Masters WTA à Singapour et cela s'est vu, avec deux joueuses qui ont eu du mal à bien jouer ensemble. face. Un match au cours duquel, l'Américaine s'est imposée en trois sets (7/5 4/6 6/1), et 2h26mn de jeu. Malgré 4 double fautes, la numéro 1 Américaine a su profiter de la fébrilité d'Osaka en fin de premier set avec le gain du service de la Nippone lors du 11ème jeu. Malgré la perte de la seconde manche, Stephens s'est bien reprise et a déroulé dans le 3ème set face à une Osaka frustrée et qui a perdu à 3 reprises son jeu de service et qui a concédé 19 balles de break sur l'ensemble du match.L'Américaine prend donc la tête de la poule rouge, en compagnie de Kiki Bertens.

Bertens mate Kerber

Invitée surprise suite au forfait de la N°1 mondiale, Simona Halep, 
Kiki Bertens (9ème WTA) n'a pas raté son entrée en lice, ce qui était une première pour elle, ce lundi soir dans la poule rouge du Masters WTA de Singapour. La Néerlandaise l'a en effet emporté en trois manches (1/6 6/3 6/4) assez décousues face à Angelique Kerber (2ème WTA), qui partait pourtant favorite. Malmenée la première moitié du match (1/6 0/2), Bertens a réussi à retourner la situation malgré ses 12 double- fautes et 6 jeux de service perdu. Elle prend donc la tête de la poule rouge en compagnie de Sloane Stephens.