-A +A
0
Open d'Australie

Romain Giraud - Publié le 24/01/2020

Fin de carrière pour Wozniacki, éliminée par Jabeur

Chapô: 

Caroline Wozniacki, c'est fini à Melbourne et en carrière. L'ancienne numéro 1 mondiale, qui avait annoncé le 6 décembre que l'Open d'Australie serait le dernier tournoi de sa carrière, s'est inclinée ce vendredi contre la Tunisienne Ons Jabeur en 3 sets (5/7 6/3 5/7) et part à la retraite sur un 3ème tour. La Danoise avait notamment remporté le titre à Melbourne en 2018.

Caroline Wozniacki termine sa carrière sur un 3ème tour à l'Open d'Australie - ©DR
Caroline Wozniacki termine sa carrière sur un 3ème tour à l'Open d'Australie - ©DR

Caroline Wozniacki (36ème WTA) peut nourir quelques regrets sur son match mais elle peut être fière de sa brillante carrière. Des regrets, parce que la Danoise s'est fait éliminée de l'Open d'Australie ce vendredi par la Tunisienne Ons Jabeur (78ème WTA) en 3 sets (5/7 6/3 5/7) après 2h10 en ayant mené 3/0 dans le 1er set avant de se faire rejoindre. Une défaite synonyme de fin de carrière pour l'ancienne numéro 1 mondiale, qui avait annoncé le 6 décembre dernier que ce Grand Chelem serait son dernier tournoi à seulement 29 ans. En effet, cette dernière confiait en 2018 souffir de Polyarthrite rhumatoïde, une maladie inflammatoire qui s'attaque aux articulations.

Numéro 1 mondiale et 30 titres en carrière

Fière, car Wozniacki a remporté 30 titres en carrière dont un Grand Chelem, ici à Melbourne en 2018. La joueuse de 29 ans a joué également 25 finales donc 2 à l'US Open en 2009 et 2014. 2 à l'US Open (Ndlr, 2009, 2014) et un à l'Open d'Asutralie en 2018. Cette dernière aura été numéro 1 mondiale 71 semaines entre octobre 2010 et... Février 2018 ! Symbole de son extrême régularité.

"Je pleure mais je suis heureuse"

Après la rencontre, Caroline Wozniacki, en larme, a reçu un hommage de la part des spectateurs de la Melbourne Arena, des organisateurs et de son adversaire Ons Jabeur. Puis s'est eprimé une dernière fois :" Ce que j'ai réussi sur les courts a été incroyable. Le soutien de mon père qui m'a coaché durant toutes ses années a été exceptionnel. Tous ces souvenirs ne me quitteront jamais. Je pleure mais je suis heureuse (...) Ces derniers mois j'ai réalisé que je voulais réaliser plus de choses en dehors du tennis. Fonder une famille en fait parti. Je veux aussi continuer de voyager et sensibiliser les gens à la polyarthrite rhumatoïde. Si j'arrête ici, ce n'est pas à cause de ma maladie."