-A +A
1
Roland Garros

Septime Meunier - Publié le 13/06/2012

Le bilan du tournoi masculin

Chapô: 

Le triomphe de Nadal, la déception de Tsonga, la résurgence de Mathieu... Retour sur les faits marquants dans le tableau masculin de ce Roland-Garros 2012

Il va peut-être falloir songer à édifier une statue à Rafael Nadal, vainqueur de son septième titre à Paris - Icon Sport
Il va peut-être falloir songer à édifier une statue à Rafael Nadal, vainqueur de son septième titre à Paris - Icon Sport

Nadal le plus grand

Un septième titre en huit ans qui en dit long sur la domination écrasante de Rafael Nadal. Insatiable, l'Espagnol a lutté en finale contre le numéro un mondial bien décidé à le faire chuter, les éléments qui ont provoqué la tenue du match sur deux jours dans des conditions qui ne convenaient pas à son jeu, et un public qui ne l'apprécie guère. Cela n'a pas empêché Nadal de dépasser Borg au palmarès et de s'installer seul au firmament. A ce rythme là, on peut s'interroger. Atteindra-t-il les dix titres à Paris ? Il peut en tout cas aborder très libéré les échéances des prochains mois. Le Majorquin, âgé de 26 ans, peut également envisager d'aller chercher le record de 16 Majeurs appartenant à Federer.

Federer, le chant du cygne ?

Cela fait désormais quatre tournois du Grand Chelem que le Suisse n'atteint pas la finale. Et encore l'an passé Porte d'Auteuil il avait du jouer son meilleur tennis pour écarter Novak Djokovic en demi-finale. Cette année, Roger Federer, défait en trois manches par le Serbe, n'y est pas parvenu contre un adversaire pourtant beaucoup moins impressionnant, laissant une impression de déclin. Le papa de Charlene et Myla fait ses 30 ans sur le court. Pas sûr qu'il souhaite vivre une lente descente au classement. A sa décharge, son véritable objectif se situe cet été avec les deux grands rendez-vous organisés sur le gazon londonien.

Tsonga si proche

En l'absence de Gaël Monfils, Jo-Wilfried Tsonga a parfaitement assumé son rôle de locomotive du tennis tricolore. En huitièmes il a bataillé en cinq sets sur deux jours pour venir à bout de Stanislas Wawrinka. Contre le numéro un mondial Novak Djokovic, le Français est passé à un point de l'exploit. Mais après avoir obtenu quatre balles de match dans le quatrième set, il s'est finalement incliné en cinq manches sous les yeux d'un Central dépité. Il est devenu néanmoins le premier Français de l'ère Open à atteindre les quarts de finale des quatre levées du Grand Chelem. Il aura un très bon coup à jouer à Wimbledon puis aux JO si son physique se maintient.

Les Français à un niveau correct

Gilles Simon a agacé le public en ne parvenant pas à prendre le meilleur sur Stanislas Wawrinka. Le Niçois attend toujours un match référence à Roland-Garros. Richard Gasquet s'est lui affirmé, plus en conférence de presse que sur le court certes, mais c'est un début. Il a régalé contre un Tommy Haas, sorti des qualifications à 34 ans. Le Biterrois a été toutefois sorti logiquement en huitièmes par Andy Murray. A bientôt 26 ans, il doit encore franchir un cap pour viser plus haut et il est très attendu à Wimbledon. Sorti des qualifs, Nicolas Devilder, 32 ans, a fait le plein de confiance avant de s'incliner au troisième tour contre Djokovic. Julien Benneteau a été récompensé de sa convalescence studieuse en passant deux tours avant de subir la loi de Janko Tipsarevic. Nicolas Mahut a réalisé son meilleur parcours et a pris un set à Federer au troisième tour. Arnaud Clément a fait ses adieux à la terre parisienne au deuxième tour, évidemment sur un match en cinq sets, contre Goffin.

L'Espagne domine toujours

Si David Ferrer et Nicolas Almagro n'avaient pas croisé la route du désormais sextuple vainqueur de Roland-Garros, leur parcours ne se serait sans doute pas arrêté respectivement en quart et en demi-finale de cette édition. Le tennis masculin ibérique, avec aussi Marcel Granollers, demeure bien la référence à Paris. Sur les 20 dernières éditions, 12 ont été remportées par un Espagnol. Seule fausse note, la relève tarde à apparaître.

Goffin roi des Belges

Un lucky-loser issu des qualifications arrivant en huitièmes de finale, cela ne s'était plus vu Porte d'Auteuil depuis près de quarante ans. David Goffin, battu par Joao Sousa, a bénéficié de la blessure de Monfils pour intégrer le tableau principal. Le jeune Belge de 21 ans a saisi sa chance en éliminant Radek Stepanek, Arnaud Clément puis Lukasz Kubot. Le 109ème mondial, soutenu par une très grosse colonie belge dans les tribunes, a ensuite affronté son idole de jeunesse, Roger Federer, ce qui ne l'a pas empêché de lui prendre un set sur le Suzanne-Lenglen.

Le retour de PHM

John Isner doit encore se demander ce qui lui est arrivé le jeudi 31 mai 2012 sur le Philippe-Chatrier. L'Américain, numéro dix mondial, a été dominé en cinq manches et 5h41 de jeu par un Paul-Henri Mathieu de gala (6/7(2) 6/4 6/4 3/6 18/16). Le Français, de retour à Roland-Garros après une grave opération qui l'a écarté des terrains quinze mois, a enthousiasmé le public, évoluant bien loin du niveau attendu de la part du 241ème mondial. Contre Marcel Granollers au tour suivant, il s'incline certes de peu en cinq manches mais l'Alsacien peut rêver à une deuxième carrière.

Vos commentaires

Excellent compte-rendu. Très bonne découverte, ce site!