-A +A
0
US Open

Dimitry Negzaoui - Publié le 10/09/2018

Bilan (H) : Djokovic est redevenu le boss

Chapô: 

L'US Open, qui s'est achevé ce dimanche par le 14ème sacre en Grand Chelem de Novak Djokovic (3ème ATP), le 2ème Majeur d'affilée après Wimbledon en juillet, confirme le retour en force du Serbe après une année 2017 et un début 2018 compliqués. De quoi éclipser (momentanément ?) Rafael Nadal et Roger Federer.

Après sa victoire ce dimanche à New-York Novak Djokovic confirme son retour au 1er plan - © DR
Après sa victoire ce dimanche à New-York Novak Djokovic confirme son retour au 1er plan - © DR

Intouchable Djokovic ! Avec 2 titres du Grand Chelem (ndlr, Wimbledon, US Open) d'affilée, le doute n'est plus permis. À 31 ans, Novak Djokovic (3ème ATP) est bel et bien de retour au sommet alors qu'il n'était que l'ombre de lui-même il y a encore quelques mois. Le Serbe a livré son match le plus abouti de la quinzaine en finale face à Juan-Martin Del Potro (3ème ATP) où le 3ème mondial a fait preuve d'une grande solidité face au géant Argentin. Du haut de ses 14 majeurs, ce qui lui permet d'égaler Pete Sampras au passage, si le natif de Belgrade conserve ce niveau de jeu, il n'est pas impensable de le voir dans un futur proche (ndlr, 2 ans), revenir à hauteur des 17 titres en Grand Chelem de Rafael Nadal (1er ATP). Surtout si ce dernier continue à "collectionner" les abandons. C'est en effet la 2ème fois cette année que le Majorquin abandonne dans un majeur après sa blessure en 1/4 de finale de l'Open d'Australie face à Marin Cilic (7ème ATP). Cet US Open a également été marqué par la "faillite" de Roger Federer (2ème ATP), éliminé à la surprise générale en 1/8èmes par John Millman (55ème ATP) alors que le Suisse avait le match en main en se procurant deux balles de 2 sets à 0. Une nouvelle contre performance inquiétante pour le Suisse qui s'était également déjà incliné à Wimbledon en 1/4 de finale après s'être procuré une balle de match. Pour autant, il est important de noter que, une nouvelle fois, ce sont bien 3 immenses champions, (le Suisse, l'Espagnol et le Serbe) qui ont trusté les 4 titres majeurs cette saison, ce qui confirme leur mainmise totale sur le circuit ATP et qui, en creux, souligne l'incapacité des outsiders à les déboulonner.

Del Potro impressionnant 

Au niveau des outsiders, cet US open 2018 aura été marqué par la magnifique quinzaine de Juan-Martin Del Potro (4ème ATP), finaliste malheureux cette année à New-York. L'Argentin a impressionné tout au long du tournoi où il n'a concédé qu'un seul set avant la finale (ndlr, face à John Isner en 1/4) et en assommant ses adversaires sous la puissance de son coup droit. Mais, "la tour de Tandil" a buté en finale sur un Novak Djokovic (6ème ATP) des grands soirs qui a mis au supplice le lauréat 2009 sur la diagonale revers. Autre satisfaction : Dominic Thiem (9ème ATP), qui a fait jeu égal avec Rafael Nadal en 1/4 de finale, après une bataille épique disputée en 5 manches (0/6 7/5 6/4 6/7 7/6). Belle quinzaine également pour Kei Nishikori (19ème ATP), qui s'est hissé jusqu'en 1/2 finales avant d'être battu par un Novak Djokovic bien trop solide. En revanche d'autres outsiders ont beaucoup déçu à l'image de Kevin Anderson (5ème ATP), finaliste 2017, battu par Thiem en 1/8ème ou encore Alexander Zverev qui a, de nouveau, affiché sa fragilité mentale en Grand Chelem. Quant à Grigor Dimitrov, David Goffin, Milos Raonic ou encore Nick Kyrgios, ils ont montré qu'ils étaient encore beaucoup trop courts pour espérer glaner un majeur.

Le (nouveau) fiasco des Français

Coté Français, on prend les mêmes et on recommence, si l'on peut dire ! L'US Open 2018 n'a, hélas, fait que confirmer ce que l'on observe depuis trop longtemps : une absence habituelle en 2ème semaine, une incapacité chronique au dépassement de soi et des joueurs, dans l'attitude et le niveau de jeu, très très loin des "monstres" de devant. Résulat, le dernier joueur Français à avoir atteint un 1/4 en GC est Jo-Wilfried Tsonga (actuellement 73ème ATP) à l'Open d'Australie...en 2017. Soit deux ans ! Et très bientôt, plus acun Français ne fera partie du Top 20, sauf miracle improbable. Lucas Pouille (19ème mondial) illustre bien cette crise profonde. Le Nordiste a hélas confirmé qu'il était sur une pente très savonneuse en Grand Chelem (et sur le circuit ATP) après sa défaite au 3ème tour face au régulier mais modeste Joao Sousa (68ème ATP). Richard Gasquet (25ème ATP), de son côté, a reçu une Master Class de la part Djokovic au 3ème tour, tout comme Benoit Paire (54ème ATP) face à Roger Federer. Gaël Monfils (39ème ATP), devenu intermittent du tennis, après une tournée Américaine quasi blanche, a passé un tour avant de jeter l'éponge face à Kei Nishikori (19ème ATP). Finalement, le seul rayon de soleil, côté masculin (ndlr, deux Françaises en finale chez les femmes), sera venu du jeune messin Ugo Humbert (104ème ATP) qui a largement mis en difficulté Stan Wawrinka au second tour. Motivé, ambitieux, humble, travailleur et accrocheur, il a donné l'exemple à ses aînés tricolores. Symptômatique de l'impasse dans laquelle est le tennis masculin français depuis de très longs mois maintenant, et qu'une 1/2 finale de Coupe Davis (sans aucun membre du Top 15 mondial) ne saurait masquer.