-A +A
0
US Open

Angelo Girgis - Publié le 10/09/2017

Nadal remporte son 16ème titre majeur !

Chapô: 

Rafael Nadal (1er ATP) a remporté son 16ème titre du Grand Chelem, son 3ème titre à l'US Open, ce dimanche soir à New-York en s'imposant en 3 sets limpides (6/3 6/3 6/4) face à Kevin Anderson (32ème ATP). Il s'agit du 74ème trophée en carrière du Majorquin qui revient à 3 longueurs du total en Majeur de Roger Federer (19). 

Rafael Nadal s'est offert un 3ème titre à New York - @ DR
Rafael Nadal s'est offert un 3ème titre à New York - @ DR

Voilà c'est fait ! Après 2010 et 2013, Rafael Nadal (1er ATP) s'est offert ce dimanche soir son 16ème titre du Grand Chelem, son 3ème à l'US Open après son succès en total contrôle sur Kevin Anderson (32ème ATP), en 3 sets limpides (6/3 6/3 6/4) et 2h27 de jeu. Le Majorquin, impressionnant de domination physique et tactique sur le court, n'a laissé aucune lueur d'espoir au Sud-Africain, trop souvent dépassé par la qualité de retour et les assauts répétés de ce dernier. Jamais, l'Espagnol n'a été en difficulté dans ce match, signe d'un mental en acier trempé et l'Espagnol s'est permis de "faire visiter" le court à son adversaire du jour qui n'aura lui, finalement pas su opposer une réelle résistance au futur lauréat (0 balle de break obtenue). Désormais à 16 Grands Chelems, Rafael Nadal pointe à 3 longueurs de son éternel rival Roger Federer (19). Mais plus important, les deux champions ont remporté à eux deux les 4 titres en Grand Chelem de la saison ! Nul doute que l'Ibérique espère toujours un peu plus se rapprocher de record du Suisse dans ce qui est la plus grande rivalité de l'histoire du tennis de l'ère open (1968).

Un Nadal impressionnant de sérénité

L'ambiance est au rendez-vous sur le court mythique du Arthur Ashe où Rafael Nadal et Kevin Anderson s'apprête à livrer bataille pour le titre. D'un côté, l'Ibérique qui dispute sa 26ème finale en Majeur (!) de l'autre, le Sud-Africain qui dispute sa toute première finale. Pas de round d'observation lors des premiers jeux où les échanges sont musclés. Mais toutefois, c'est Anderson qui commet les premières fautes directes sur ses mises en jeu, qu'ils peinent à remporter. Nadal lui, est implacable sur les siens, dictant l'échange et faisant visiter le court au Sud-Africain. Résultat, lors de ses trois premières mises en jeu, Anderson est déjà obligé d'écarter 4 balles de breaks pour mener (3/2) quand Nadal lui, ne perd qu'un seul point sur ses deux services. Le ton est ainsi donné. Et justement, il n'en fallait pas plus pour voir une nouvelle fois un Anderson fragilisé par les qualités de retour de l'Ibérique qui breake alors pour mener 4/3 et servir dans la foulée. À 5/3, Nadal, toujours aussi impressionnant de sérénité sur le court comme à son habitude, se permet alors d'accélerer pour s'offrir un double break, synonyme de première manche acquise sans réelles difficultés (6/3). L'Espagnol est lancé et ne sera plus arrêté vers sa quête.

Nadal toujours aussi impérturbable

Le deuxième acte repart sur les mêmes bases avec un Nadal toujours aussi impérial dans les échanges et un Anderson qui tente de tenir tête mais l'image semble clairement se dessiner pour le Sud-Africain : il recule face aux assauts et variations répétés du champion espagnol, qui est pressé d'enregistrer un 3ème sacre à Big Apple. Et cette image se confirme au fil de cette deuxième manche après que le "Taureau de Manacor" se permette une nouvelle fois de s'adjuger le service de son adveraire pour alors mener 4/2 et confirmer dans la foulée 5/2 devant un Anderson, toujours aussi démuni de toutes solutions tactiques. La suite ne s'arrange pas pour le Sud-Africain qui ne parvient toujours pas à hausser son niveau de jeu et par la même occasion breaker son adversaire : le constat est sans appel, 6/3 dans le deuxième acte pour l'Espagnol, seulement à un set donc de son 16ème Majeur. Le denier set est à l'image du précédent, avec une domination territoriale et tactique concrétisée par un 6/4 et 3 sets secs. Comme un symbole le sacre de Nadal se concrétise avec une dernière montée au filet (16 sur 16) conclue en revers. Le Majorquin, les bras tendus vers le ciel, peut se tourner vers son clan. Il vient de remporter son 16ème titre en Grand Chelem, son 2ème de l'année.