-A +A
0
Wimbledon

Julien Philipakis - Publié le 15/07/2019

Djokovic : "J'ai su trouver mon meilleur tennis"

Novak Djokovic (1er ATP) a triomphé dimanche lors d'une finale historique à Wimbledon face à Roger Federer (3ème ATP) en 5 sets mémorables (7/6(5) 1/6 7/6(4) 4/6 13/12(3)) et plus de 5 heures de jeu. Le vainqueur du Championships pour la 2ème fois consécutivement et pour la 5ème fois de sa carrière est revenu sur ce titre incroyable : "Quel soulagement à la fin ! C'est pour ce genre de matches que vous travaillez, que vous vivez. Il donne du sens et de la valeur à chaque minute que vous avez passée à l'entraînement, à travailler sur vous-même. Je m'étais promis de rester calme et concentré parce que je m'attendais à l'ambiance qu'il y a eue. J'avais en quelque sorte prévu le scénario, visualisé ce qui allait arriver. C'est certainement le match le plus exigeant mentalement qu'il m'a été donné de disputer. Physiquement, c'était la finale en Australie contre Nadal, de près de 6h en 2012, mais mentalement, cette fois, c'était encore à un autre niveau. Il fallait gérer le fait que le public soit en majorité pour lui (ndlr, Federer), ça aide, ça donne de la motivation, de la force et de l'énergie. Et là, je suis en extase. J'ai été à 1 point de perdre ce match ! Il servait si bien, j'ai eu beaucoup de difficultés à lire son engagement pendant tout le match. Et puis j'ai eu comme un flash-back de mes victoires contre lui à l'US Open (ndlr, en 2010 et 2011), quand j'avais aussi sauvé 2 balles de match. J'ai su trouver mon meilleur tennis dans les moments les plus importants, à savoir les 3 tie-breaks. C'était dur car Roger contre vos coups à merveille, il anticipe, il est si talentieux. Il a le jeu parfait pour cette surface. Je savais que je devais apporter beaucoup de variété et être réaliste à la moindre occasion. J'ai juste essayé de me battre. Je me rapproche mais ils (ndlr, Nadal et Federer) continuent à gagner des Grands Chelems. Ces 2 gars sont probablement l'une des principales raisons pour lesquelles je suis encore à ce niveau de compétition. Le fait qu'ils aient écrit l'histoire du sport me motive aussi, m'inspire. Je ne sais pas si je vais les rejoindre mais en tout cas, je ne vois pas l'âge comme une restriction".