-A +A
0
Physique

Charlotte Ezdra - Publié le 11/10/2012

Le cycle annuel de préparation physique (3/4)

Chapô: 

La 3ème phase du cycle annuel de préparation physique pour le tennis en compétition est un mix entre la compétition et le travail spécifique et se fait sur la période d’avril à juin. Notre consultant Vincent Lamarque nous en décrit son contenu, exemples à l’appui.

La phase 3 doit préparer à la compétition en extérieur et sur terre battue - © DR
La phase 3 doit préparer à la compétition en extérieur et sur terre battue - © DR

Le cycle annuel de préparation physique présenté ici s’adresse avant tout aux joueurs qui jouent régulièrement en compétition : joueurs/joueuses classés, à partir de 14/15 ans jusqu’à 30/32 an et disputant de 30 à 100 matchs par/ an et plus. Ce programme n’est donc pas adapté aux joueurs «loisirs» même si des conseils et exercices peuvent être tirés de cette présentation. Quoi qu’il en soit, la préparation physique doit toujours se faire sous le contrôle d’un préparateur diplômé  et expérimenté.

PHASE 3 : MIX COMPETITION - TRAVAIL SPECIFIQUE (Période Avril – Juin)

Vincent Lamarque est le préparateur physique du Lagardère Paris Racing. Il a travaillé notamment sur le circuit WTA avec des joueuses comme Mandy Minella, Aravane Rezai et Alizé Lim.


Cette 3ème phase est une période d’entraînement que l’on qualifiera d’«hybride», du point de vue de la préparation physique. Elle combine, en effet, des rappels de travail foncier (cf. phase 1), du travail spécifique (cf. phase 2) et les matchs. Que ce soit en individuel ou en matchs par équipe. C’est une phase qui doit créer le maximum de lien et de liant entre le physique et le tennis en tant que tel.

L’objectif ici est, à la fois, de continuer d’affiner le travail physique dans la perspective de la compétition, sur terre battue en particulier, et de préserver les acquis fonciers.
Durant ce laps de temps, des «piqures» de rappel, alternant spécifique et foncier, sont donc nécessaires. Les trois ou quatre premières semaines du début de cette doivent y être consacrées . En effet, le passage sur terre battue en extérieur va modifier sensiblement la nature du jeu : échanges plus longs, plus de déplacements, plus de glissades, plus de rallyes du fond du court…Tout cela est plus «coûteux» sur le plan cardiovasculaire et musculaire. Ce sont des efforts de nature excentrique qui provoquent beaucoup plus de courbatures. Dans cette optique, il ne faut pas hésiter à proposer des séances physiques directement sur le court afin de créer ce fameux lien physique/ tennis. Quelques exemples d’exercices à faire faire :

Exo 1 : travail au panier adapté au type de travail recherché : Séquences de 4 à 12 frappes, en cadence plus ou moins élevée, avec des zones d’envoi plus ou moins écartées

Exo 2 : séquences mixtes, avec combinaison d’exercices physiques (ex: passes latérales de medecine ball) suivis d’une séquence au panier sur le court dans le but de favoriser un ancrage solide au moment de la frappe.

Exo 3 : démarrage avec résistance (gilet lesté, harnais) sur 10 mètres, suivi d’une situation de jeu spécifique tennis (ex : course sur amortie).

Enfin concernant le cardio, il convient de mettre l’accent sur le travail intermittent court pour le maintien des qualités aérobies durant cette période.


•    LES AUTRES ARTICLES DE LA SERIE DU « CYCLE ANNUEL DE PREPARATION PHYSIQUE »

PHASE 1 : L’ACQUISITION DU FONCIER (période Octobre - Décembre)

PHASE 2 : LE TRAVAIL SPECIFIQUE (période Janvier- Mars)

PHASE 4 : OPTIMISATION DE LA RECUPERATION EN PERIODE DE COMPETITION (période Juillet - Septembre)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelques règles à retenir en matière de préparation physique

-    Le respect de l’enchaînement des phases de travail physique est très important, notamment l’alternance travail/repos. La récupération fait en effet partie intégrante du processus d’entraînement
-    Un bon programme physique est un programme individualisé qui tient compte des qualités et manques du joueur
-    Tous les objectifs sur le plan physique ne peuvent être atteints. Il faut donc choisir en fonction de ce que l’on souhaite faire progresser en priorité
-    L’entretien, la prévention, l’échauffement et la récupération sont des composantes essentielles de l’entraînement physique. Tout autant que l’endurance, la force ou la vitesse, afin d’amener le joueur dans les meilleures conditions possibles de performance le jour J.
-    Avoir une bonne condition physique s’obtient dans le temps et nécessite beaucoup de rigueur
-    La préparation physique intègre toujours une planification d’entraînement en allant d’exercices généraux vers des exercices spécifiques au jeu et non l’inverse. Elle cherche également à respecter une progression dans les charges d’entraînement proposées (rapport volume/ intensité d’entraînement).

Glossaire :

Cardio : le travail «cardio» renvoie à la notion de travail aérobie ou d’endurance qui a pour but, dans le cadre de cet article, d’améliorer les capacités cardio- respiratoires d’un individu.
PMA : c’est la Puissance Maximale Aérobie. C’est en fait la puissance développée par un individu pour atteindre la VMA (Vitesse Maximale Aérobie), autrement dit, l’intensité de travail effectuée pendant un effort dont «la dépense énergétique correspond à la consommation d’oxygène maximale » (Georges Gacon)
VO2 max : Il s’agit du débit maximal d’oxygène (O2) qu’un individu peut consommer lors d’un effort.