-A +A
1
Santé

Le rôle du kiné auprès du joueur

Chapô: 

Le kinésithérapeute a un rôle essentiel auprès joueur amateur et encore plus auprès du joueur pro. Outre le protocole de de récuoérétaion d'une blessure, le kiné permet également au joueur d'exprimer ses souffrances et de trouver les solutions adaptées.

Kei Nishikori se faisant soigner la cuisse lors de l'Open d'Australie 2012 - Sipa
Kei Nishikori se faisant soigner la cuisse lors de l'Open d'Australie 2012 - Sipa

On est en général extrêmement apprécié par les sportifs car notre priorité est de les protéger. Quand on leur conseille d'être prudent, ce n'est absolument pas pour leur porter préjudice ou pour les freiner. Mais simplement, de par nos connaissances, on sait qu'on gagnera du temps sur le futur en en perdant un peu plus au moment de la récupération. Le rôle du kiné est préventif, avant l'incident, au niveau des préparations (conduite et surveillance des échauffements pour les sportifs de haut niveau) et des récupérations. Il est aussi essentiel dans le suivi nutritionnel et hydrique. Et évidemment on récupère les sportifs en cas de blessure. Ils nous confient alors à la fois leur âme et leur corps.

Les confessions au kiné

Olivier Terpraut est kinésithérapeute depuis 23 ans. Il a travaillé une dizaine d'années avec les équipes de jeunes de la fédération française de hockey sur gazon et connait très bien les pathologies liées au tennis

Les soins chez le kiné, c'est un endroit un peu particulier pour les sportifs car ils ont la possibilité de se confier sur leurs peurs, leurs doutes, l'envie de reprendre. C'est un domaine où la psychologie face au joueur est extrêmement importante. Et de par notre cursus, même si on n'a jamais eu de formation de psychothérapie particulière, on a constamment à l'esprit qu'on soigne des humains, qu'on est confronté à des craintes récurrentes. Lorsqu'on traite quelqu'un qui est atteint d'un cancer, il y a des mots à utiliser ou non, des images et des réconforts à trouver. C'est un petit peu la même chose au niveau des sportifs. Ce sont des bêtes fragiles et elles ont besoin d'être rassurées.

Freiner ou pousser

Il y a deux catégories de sportifs: ceux qu'il faut freiner et ceux qu'il faut remotiver. Les deux types d'approche sont importants. On connait le timing des récupérations. On sait que pour une blessure musculaire il y a douze jours de cicatrisation et que le travail thérapeutique ne manque pas. Le joueur, s'il a une compétition trois jours plus tard, prendra un gros risque en reprenant trop vite. Donc on a un rôle déterminant de freinateur. A l'inverse on a également un rôle de stimulant parce que quand on sort d'une grosse entorse de cheville, les premiers sauts sur un pied sont quand même assez effrayants. On est là pour dire au sportif : « là tu peux le faire on est à J+45, on a fait tel travail d'extension, tel travail de flexion, on peut progressivement reprendre cette activité ».

La réputation ne fait pas tout

Le pratiquant de tennis doit choisir son kiné en fonction du temps que celui-ci lui accordera. On a beau aller chez un kiné soi-disant expert en sportifs, si on passe un quart d'heure chez lui entre ses mains et qu'on est branché à une machine ensuite 45 minutes, c'est complètement illusoire de croire à un travail efficace. Ce qui fait la compétence d'un kiné c'est le temps passé effectivement avec son patient. J'ai souvenir d'un confrère réputé qui prenait une vingtaine de personnes en même temps, les installait en série sur des canapés branchés avec une baguette sur un appareil d'électrothérapie. C'était complètement aberrant et ahurissant. On souffre de ce décalage de crédibilité entre le kiné dit sportif, qui abuse de son statut et le kiné lambda dont le travail sera parfois bien plus efficace que son confrère qui n'est que dans la frime.

Vos commentaires

Vivent mieux et plus longtemps est possible grГўce Г  la gГ©nomique mГ©decine. http://fr.womanityworld.com/develop-method-for-predicting-miscarriage